Etre informé par mail des nouvelles publications

vendredi 6 octobre 2017

La tourneuse de pages



















J'écris des totems
rouges et fiers
Mon coeur ne bat
Je voudrais 
à l'encre encore
 écrire un visage
La femme sans bouche
qui parle au creux des totems.
Elle chante.
Elle dit la nuit de Frida, de ses soeurs.
Des poumons nuages
quand pour un visage entrevu
nous respirons 
d'immenses soleils.
Tout en rêvant - sans un remord - mon coeur espère encore
Malheureux
allez vous
n'en sais rien
seul baiser
Sur la chaise 
de l'église Ste Radegonde
il était là soudain.
Tu me souris. 
Mon totem est un enfant
un vieil indien
campé sur la plaine
avec un poète grec au-dedans.
Seul dans la nuit
Mon totem est un coeur sombre
nos visages la nuit
une armée de coyotes
aux yeux clairs
Le passager de lui-même
en chair et en os
mon totem
s'éprend d'eau claire
inconnue
C'est quand j'ai quitté
Je tourne 
les pages