Etre informé par mail des nouvelles publications

samedi 10 novembre 2018

Je n'écris pas des choses à garder
pour faire propre.
Je n'écris pas des choses qui se lisent
à même le sol.
Je trace de ma main des rayures sur l'écorce.
Je cherche. Le ciel autour. Les mots dedans. Ils s'empressent, s'agglutinent. Je cherche dedans le son, le sens. Je les mets tout contre.
Je suis les mots, leur fleuve et leurs arrêtes. Le commencement. Au début était le verbe. Le verbe et le silence, ce qui se dit entre les deux. Ce qui s'écrit. A même la peau.
Au scalpel. Dedans il y a la colère et le bruit. L'écho. Je n'entends plus les mots du dessous de la tombe.

Viens voir là bas, y a un magasin. S'il  vous plaît madame s'il vous plaît. Je vous remercie beaucoup madame. Alors là après c'est une image. Je veux y aller, on verra après. Au moins tu connais déjà le truc. Regardez, identifiez l'oeil du faucon, c'est l'oeil du faucon. C'est comme moi . C'est un faux ami. Inès, c'est pas là. J'y crois pas trop qu'il va y avoir quelque chose dessus. Elle est un peu grande pour faire un caprice dans la rue, non. S'il te plaît, s'il te plaît. Il est en train de parler avec un monsieur. Oh ben bien, continue comme ça, t'arrête pas. De toutes façons, je sais comment ça va se passer. Je m'en souvenais pas tu vois, ça mais tu vois, je m'en souvenais pas du tout. J'entends du bruit moi. Je commence à appeler tout le monde Julie. On va où ? Il était originaire de Gencay lui non ? Je suis pas difficile moi. Elle est où Zoé ?
C'est bon on est bien, allez ! Il croyait pas que les gens seraient assez cons pour recommencer. Il avait quel âge ? Tu parles de la 2e guerre.  Ça glisse par contre. Stop. On dort un mois et c'est Noël.

jeudi 1 novembre 2018

Octobre nu à poil aphone. Plus un mot.
Le corps ouaté. Les mots dépêchés à la ligne.
Les mains dans les graviers pourtant. Qui raclent à peine.
Le temps de les poser sur un visage d'angle, le corps défait, tranquille. La vie à son corps confondant. Dans le silence.

On pourrait déplier les petits papiers coincés au fond des poches,
chercher le sens, l'écriture délavée, le repos.
On les plierait, les déplierait, les replierait le long de la couture. Soigneusement.
On garderait les traces.
Novembre serait là comme un marron poli, luisant sur le bord de la tombe.
On écouterait ce qui chuchote. On mettrait ses mains en corbeille pour recueillir les sons. On chercherait qui parle dans le chant des oiseaux.
Les mots de la vieille femme au restaurant " j'attends ma fille". Une morsure salée. On ne prendrait pas la vague.