Etre informé par mail des nouvelles publications

samedi 30 septembre 2017

Il y avait la colline à gravir encore. Monter tout en haut de la pente. Crier. Attendre l'écho. On pourrait faire la descente en courant, nos sandales pleines d'herbe verte et de pâquerettes. On ferait des colliers en transperçant le coeur des fleurs. Je passerais un bouton d'or sous ton menton pour savoir si tu aimes le beurre. On tirerait à la courte paille. C’est toi qui serais le plus fort. Tu repartirais en courant. On rentrerait les genoux amochés, on mettrait du rouge pour guérir. On serait fiers comme des tatoués.On mangerait les petits beurre en commençant par les coins et on lécherait la confiture des barquettes.  On dirait "à la vie à la mort", croix de bois, croix de fer si je mens je vais en enfer. Et on irait espionner le vieux voisin  par le trou de sa serrure, on sursauterait lorsqu'il s’approcherait de la porte. On conclurait des pactes avec des signatures en forme de toile d'araignée. Nos codes seraient secrets. On descendrait jusqu’à la rivière. On braverait l'eau froide et on n'aurait pas peur des serpents d'eau. On écraserait trois feuilles différentes pour lutter contre la brûlure des orties.

En attendant, on restait encore un peu dans l'herbe. Assis.